Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Bonaguil - Le blog du jeune public

Voici le blog du jeune public au Château fort de Bonaguil (Lot et Garonne).Vous y trouverez toutes les informations sur les animations proposées aux familles, écoles et centres de loisirs. Vous pourrez jeter un coup d'oeil sur les photos et les travaux des élèves après leur passage à Bonaguil... Et vous découvrirez un peu l'envers du décor et le quotidien de médiatrice chargée du jeune public!

Un chevalier sans peur!

Publié le 20 Octobre 2008 par La dame du château in Travaux des élèves

Voici un texte rédigé par Emeline Larue de 5ème du collège Crochepierre. La classe patrimoine dirigée par Nathalie Dessagne a participé au parcours médiéval de la convention éducative.

"En cette magnifique journée de printemps, l’adoublement d’un jeune homme de Monflanquin, nommé Gallimir, allait commencer. Le seigneur Rigaud alla chercher le futur chevalier et lui donna de nouveaux vêtements étincelants, bordés de fils d’or, puis il lui remit les armes d’un chevalier et lui chaussa l’éperon droit.

Après son entraînement, le roi l’envoya combattre un indigne chevalier que personne n’avait le courage d’aller affronter. Sur le dos de son fidèle et magnifique destrier, l’extraordinaire Gallimir engagea le combat. Le début fut plutôt décevant. Il tomba à terre mais s’étant immédiatement relevé, il sortit son épée, de rage. Furieux, le grand chevalier descendit de sa monture. Ce fut terrible pour celui-ci ! Le jeune et preux chevalier s’élança et trancha la tête du grand chevalier indigne qui s’écroula peu après, mort sur le sol. 

Peu de temps après, le magnifique Gallimir arriva devant le château où se trouver une dame qui était magnifique pour la plupart des hommes. Le chevalier voulut voir de ses propres yeux, mais il n’y avait pas de gardes. Cela lui parut étrange. La porte était ouverte donc il entra. Les deux gardiens étaient morts sur le sol, Gallimir commença à s’inquiéter, il descendit de sa monture et sortit son épée. Tout d’un coup il vit tout en haut du donjon Elamar du lac Bleu, un traître qui ne redoutait personne. Gallimir monta le plus vite possible pour sauver la dame. Arrivé en haut, ils engagèrent un combat. Les écus se cognèrent si fort que cela fit trembler les arbres des environs. Tout d’un coup Gallimir laissa éclater sa colère et frappa Elamar si violemment qu’il lui transperça le cœur et le sang jaillit de tous les côtés avant que celui-ci tombât mort sur le sol. Quand le vainqueur se releva, la dame avait disparu.

Quelques années plus tard, lors d’un orage violent, Gallimir arriva dans un château qui lui semblait avoir déjà vu, à l’entrée se postaient deux gardes. L’un d’eux s’avança et lui demanda ce qu’il faisait ici. Le chevalier lui dit qu’il venait demander l’hospitalité pour la nuit. Le garde le salua et lui dit d’entrer dans la barbacane. Gallimir, voyant l’intérieur, fut très impressionné. Il demanda à rencontrer le propriétaire du château. Le garde lui obéit et alla chercher la dame. Il revint, quelques minutes plus tard, avec Madame Marguerite de Fumel. Gallimir n’en croyait pas ses yeux : il voyait la dame qu’il avait sauvée, il y a de cela des années, dans ce château même ! La dame le reconnut et lui demanda de la suivre à l’intérieur du château et elle lui expliqua qu’elle était sortie par une poterne du château. Le chevalier, trop curieux, lui demanda si elle était mariée car il lui demanderait son amour et sa fidélité si elle ne l’était pas. Mais malheureusement pour lui elle était avec un chevalier très puissant.

Gallimir lui demanda de le quitter mais elle ne voulut point car elle avait promis qu’elle l’aimerait jusqu’à sa mort et qu’elle ne le quitterait jamais. Le chevalier fut déçu mais lui chuchota qu’il la protègerait toujours et qu’il viendrait tous les ans pour  lui demander son amour même s’il ne se mariait pas. Ils se jurèrent qu’ils resteraient amis."

Emeline Larue
Commenter cet article

Le chevalier Dauphinois 29/10/2008 19:38

Je suis en admiration devant la prose de Emeline. Richesse du vocablaire, sens des phrases, plan du texte..... Quel plisir de lire une élève de 5ème parlant de mon époque préféreée.Un genou à terre j'ai.... félicites la pour moi !

La dame du château 10/11/2008 20:17


Cher chevalier, je suis aussi très admirative du travail des 5ème du collège de Crochepierre, c'est un vrai réagl de lire leurs textes... on se croirait ... à ton époque!
à bientôt